Projets A246


A243  A244  A245  A246 A247  A248  A249  A250  A251  A252  A253  A254  A255  A256  A257  A258  A259  A260  A261  A262  A263  A264  A265  A266 










 
 
 
E-Stat
E-Stat

IPMSH • Projets


L'enjeu de la langue française lors des élections provinciales au Québec   

Claudine Bourque et Simone Trudeau-Thibert     
130e mise à jour opérée jeudi 06 décembre 2018 sur la section enquête

.

DESCRIPTION   

Notre recherche portera sur le statut de la langue la française dans le cadre de l'enseignement, du travail, de l'affichage et des médias québécois. Au Québec, le statut de la langue française est au cœur de l'actualité depuis toujours. Le français constitue l'identité des québécois puisque cela représente l'histoire de leur province. Lors des élections de 2018, nous cherchons à savoir comment abordée le sujet de la langue française par les différents partis politiques ainsi que dans toutes les sphères de notre société.

RECENSION DES ÉCRITS   

De façon général, les livres concernant notre sujet présentait surtout une description générale du statut de la langue. Les sources étaient souvent datées donc, les informations n'étaient plus fiables.  De plus, il était souvent question de la langue française au Québec en comparaison avec la langue du reste du Canada.

Cet ouvrage du gouvernement de Québec met en évidence les risques auxquels la langue française est soumise dans le milieu du travail. Celui-ci porte sur les enjeux liés à ces problèmes. L’auteur cherche à trouver différentes mesures afin d’employer le français quotidiennement. Celui-ci cherche à comprendre la situation du français dans une situation de travail en comparant les francophones et les anglophones dans un milieu professionnel en se basant sur des statistiques. Cette recherche a été écrite vers la fin des années 70, à ce moment-là, il y avait déjà beaucoup de gens qui utilisaient l’anglais comme langue professionnelle donc en 2018, il faut imaginer que les nombres ont augmenté. Dans le cadre de notre recherche, nous nous attaquons au statut de la langue dans les diverses facettes de la société ; le travail, les transports, les services sociaux, l’éducation et qu’est-ce que les candidats des différents partis politiques sont en mesure de faire afin que le français reste la seule langue officielle du Québec et afin qu’elle ne disparaisse pas du quotidien des québécois. Cet ouvrage s’attarde aussi sur la situation de la langue française dans les activités de consommation. C’est-à-dire au degré d’attachement qu’ont les consommateurs francophones au français lorsqu’i s’agit des moyens de diffusions. Lors de notre recherche nous pourront chercher à voir comment les différents partis politiques feront afin de faire les changements nécessaires s’ils ont lieu. Par la suite, l’auteur parle des différentes pratiques linguistiques au niveau des entreprises du secteur privé, ce qui est un important enjeu au niveau de la langue puisque le gouvernement ne peut pas intervenir étant donné qu’il s’agit d’entreprises privées. Il est aussi question de ces mêmes pratiques linguistiques, mais au sein des secteurs de services publics et parapublics et de la consommation de produit de forme intellectuelle et culturelle (livres, bibliothèques, théâtres, cinéma, etc.)


MENEY, Lionel, Le français québécois entre réalité et idéologie : Un autre regard sur la langue, Laval, Les Presses de l’Université Laval, 2017. 635p.

    L’objectif du livre est de démontrer à l’aide de nombreux exemples qu’il n’y a pas, sur le marché linguistique québécois, une seule norme, correspondant au français québécois standard, mais deux, un français québécois standard et un français international. L’auteur cherche à faire une description du français québécois et ses enjeux pour ensuite la comparer avec le français international. D’abord, l’auteur commence par faire une présentation des principaux traits caractéristiques du phonétisme de français québécois. Il explique que ce sont ces nombreux traits phonétiques et phonologiques qui distingue le français québécois. Dans le chapitre suivant, Meney explique les principales particularités morphologiques du français québécois concernant l’orthographe : la formation des termes, les terminaisons et les dérivations. Le chapitre 3 est réservé à la syntaxe. En effet, il existe beaucoup de particularités syntaxiques du français québécois. Par la suite, afin de bien faire la distinction du français québécois, le prochain chapitre est consacré au lexique. On y retrouve des conservatismes, des emprunts et des innovations de la langue.  L’auteur parle ensuite de la typologie des anglicismes du français québécois qui démontre les nombreux anglicismes utilisés. Le chapitre qui suit analyse les mécanismes de formation des emprunts avec des travaux de l’analyse des erreurs et des exemples. Le rôle de la traduction dans la formation d’une interlangue : le français et l’anglais, est le sujet du septième chapitre. Ensuite, l’auteur parle de la concurrence des dialectes dans la presse écrite québécoise. Par la suite, il fait une description de la réalité et des idéologies linguistiques, cette réalité est caractérisée par la coexistence du français et de l’anglais. Finalement, le dernier chapitre parle des enjeux du débat sur a norme linguistique et la qualité de la langue. Cette source n’est pas pertinente pour notre recherche, car cette étude sociolinguistique fait une description de ce qu’est le français québécois et fait une comparaison avec le français internationale, mais ne mentionne presque pas l’enjeux qu’est la langue au Québec. Le but de cette source était de faire une description pour ensuite faire une distinction de la langue française au Québec ce qui sera peut utile à notre recherche.  


Nous avons remarqué que la plupart des sources ne mentionnent pas l'aspect de langue française dans le contexte actuel, plus précisément lors des élections provinciales du Québec en 2018. 



PROBLÉMATIQUE   

Au fils des années l’importance accordée à la langue française a considérablement diminuée.  Lors des élections provinciales 2018, la question de la langue à très peu été abordée. Ce qui nous amène à nous poser la question suivante : La langue française est-elle encore un enjeu important dans les différentes sphères de la société et quels sont les moyens proposés par les quatre principaux partis politiques pour la préserver?

Plusieurs phénomènes peuvent expliquer un manque d’attention accordée au français dans le cadre de l’éducation, du travail, des services publics et des médias québécois. Le Québec, une minorité francophone dans un pays anglophone, est sous l’influence du reste du Canada et du monde. De plus, il est devenu une nécessité d’être bilingue au Québec afin d’assurer un bon fonctionnement dans la vie de tous les jours. Il y a également une émergence des minorités linguistiques qui peut influencer les différents partis, que ce soit dans leur discours ou leur position.

Selon nous, la société québécoise accorde encore de l’importance au français, mais la langue reste un aspect négligé dans plusieurs secteurs dont l'éducation, le marché du travail, les médias et l'affichage.

DESCRIPTION DES CONCEPTS   

Par le terme aspect négligé, nous voulons dire que le sujet n’est pas une priorité et n’est pas mis de l’avant des les programmes électoraux. C’est un aspect qui n’est pas assez discuté et la population devient de plus en plus indifférente à la langue parlée dans leur quotidien.

Par francisation, nous voulons dire les efforts menés afin de préserver la langue, comme la loi 101, les cours de français offerts aux nouveaux arrivants et les cours de français obligatoires dans les écoles du Québec.


Par marché du travail, nous voulons dire tout ce qui concerne des interactions entre une ou plusieurs personnes dans un cadre de travail.


PLAN   

1.LA SITUATION ACTUELLE DE LA LANGUE FRANÇAISE AU QUÉBEC

1.1. Immigration

1.2. Données

2.VARIABLE INDÉPENDANTE : Le statut de langue de langue française dans les différentes sphères de la société

2.1. Statut de la langue dans l’éducation

2.2 . Statut de la langue dans le marché du travail

2.3. Statut de la langue dans les médias et l’affichage

3.VARIABLE DÉPENDANTE : Les propositions des partis québécois et de certaines institutions

3.1. Les propositions de Québec Solidaire

3.2. Les propositions du Parti Québécois

3.3. Les propositions de Coalition Avenir Québec

3.4. Les propositions du Parti Libéral du Québec

3.5. Office québécoise de la langue

3.6. Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJB)

3.7. Conseil supérieur de la langue française



 



Le logiciel Projet est la propriété de Gilles Laporte et du cégep du Vieux Montréal. Toute adaptation ou reproduction du matériel qui y est diffusé est interdite sans le consentement écrit des auteurs et du responsable du portail. Gilles Laporte et CVM © 2010.