Projets A248


A243  A244  A245  A246  A247  A248 A249  A250  A251  A252  A253  A254  A255  A256  A257  A258  A259  A260  A261  A262  A263  A264  A265  A266 










 
 
 
E-Stat
E-Stat

IPMSH • Projets


L'enjeu du vieillissement dans le cadre de l'élection québécoise de 2018.   

Xara Bennett, Josara Georges et Noah Pardo     
129e mise à jour opérée mardi 18 décembre 2018 sur la section enquête

.

DESCRIPTION   

Le nombre de personnes âgées de 65 ans ou plus au Québec passera d’un peu plus d’un million à près de 3 millions entre 2011 et 2061. On imagine donc aisément l'ampleur de l'impact de ce phénomène démographique. La prolongation de la durée des études limitera par ailleurs la participation au marché du travail des plus jeunes, mais fera augmenter celle des personnes en âge de prendre leur retraite. Une part importante des changements dans les indicateurs socioéconomiques est ainsi expliquée par l’augmentation du niveau de scolarité des individus. Il y a donc un problème démographique au Québec présentement et dans les années à venir. Nous voulons étudier les répercussions de ce bouleversement démographique dans le contexte d’une mentalité nouvelle qui émerge chez la nouvelle génération âgée.

RECENSION DES ÉCRITS   

La majorité des écrits consultés sont des guides encourageant l'acceptation de la vieillesse au sein de la société québécoise. Après la récolte et l'analyse des ouvrages récoltés, ils abordent principalement la santé, les infrastructures, la démographie, les stéréotypes et d'autres enjeux sociaux.


Le sujet principal de ce livre est le fléau social de l’âgisme ainsi que ces solutions. Cette œuvre de nature encyclopédique vise à faire comprendre le phénomène de l’âgisme dans différents secteurs de l’activité humaine : le travail, les sciences, les médias, les arts, la santé, l’enseignement, etc.

Le premier chapitre adresse l’âgisme et le stéréotype qui engendre la haine de soi et des conflits entre générations. Le deuxième chapitre cherche à comprendre ce que la publicité raconte sur les personnes âgées. Il y a un manque d’intérêt pour les vieux dans ce secteur. Le troisième chapitre analyse le regard sur la vieillesse dans le cinéma québécois et l’âgisme qui interdit les bienfaits d’une authentique communication intergénérationnelle dans ces films. Le quatrième chapitre remet en question la sexualisation des aînés dans le cinéma français. Dans le cinquième chapitre, l’âgisme dans une littérature scientifique est abordé. Selon l’auteur, la population est divisée en trois critères : le genre, la race et l’âge, et donc, l’âgisme se retrouvent aussi dans les sciences humaines. Le sixième chapitre aborde la vieillesse en tant que changement plutôt que déclin. Le septième chapitre parle de l’attitude des étudiants universitaires du domaine de la santé envers les personnes âgées par rapport à leur formation. Le huitième chapitre évoque le paradoxe de l’âgisme et de la profession d’aide, ainsi que les stratégies pour se battre contre. De façon générale, les professionnels de la santé sont peu préparés à offrir des soins aux personnes âgées, car il y a plus d’importance accordée à des individus qui sont productifs et indépendants. Le neuvième chapitre traite du vieillissement et des troubles mentaux graves (T.M.G.) comme question de représentation et d’intervention. Les services sont à améliorer. Le dixième chapitre entretient l’abandon et l’acharnement des soins pour les personnes âgées. Elles sont souvent mises de côté dans les listes d’attente aux urgences des hôpitaux, car elles ont plus de chances de mourir, mais elles sont aussi poussées à vivre le plus longtemps possible pour des raisons morales (si nous pouvons les sauver, nous les sauverons.). Le onzième chapitre mentionne l’âgisme au travail et ses conséquences. Ceci n’est pas une approche viable, considérant la démographie du Québec aujourd’hui. L’avant-dernier chapitre analyse le paradoxe de l’âgisme au travail dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Le dernier chapitre évoque le coût de l’âgisme au travail, comme première estimation pour le Canada. Selon l’auteur, l’âgisme est à la fois irrationnel et mauvais pour les affaires. Des études illustrent que les travailleurs aujourd’hui, âgés de 70 ans, sont aussi en forme que ceux âgés de 65, il y a 30 ans.


En conclusion, l’auteur semble penser qu’il est nécessaire de faire une réforme de notre mentalité en ce qui concerne l’âge, car l’âgisme nous coûte cher et nous ne sommes pas dans une situation démographique où nous pouvons nous permettre de tels comportements. Ce livre peut nous être utile, il aborde quelques points qui vont survenir dans notre recherche sur les répercussions des inégalités démographiques dans le contexte d’une mentalité nouvelle qui émerge chez les générations plus vieilles.


LAGACÉ, Martine (dir.), L’âgisme. Comprendre et changer le regard social sur le vieillissement, Québec, Presse de l’Université de Laval, 2010. 278 p.





« Vieillir au Canada » est un ouvrage produit par statistique Canada. Il porte surtout sur les aspects démographiques et géographiques du vieillissement. De plus, cet ouvrage a pour but de montrer un portrait de la vie des aînées d’aujourd’hui et de demain.

Par ailleurs, le contenu de ce livre se fait en cinq chapitres. Tout d’abord, le 1er chapitre fait une mise en contexte du vieillissement de la population à l’échelle provinciale, ainsi que ses causes. Le deuxième chapitre porte sur le vieillissement individuel, plus précisément les caractéristiques sociodémographiques des personnes âgées. Ensuite, le troisième chapitre présente une analyse géographique détaillée des endroits où résidaient les aînées dans les années 90, ainsi les trois plus grandes régions métropolitaines du Canada s’y retrouvent : Canada, Toronto et Vancouver. Le quatrième chapitre aborde l’état de santé des personnes âgées ; en effet, il est question dans ce chapitre de vérifier si la croyance populaire, selon laquelle les aînées ont plus de problèmes de santé que les jeunes, est-elle vraie. Enfin, le cinquième chapitre porte sur la répartition spatiale des personnes âgées. Ensuite, ils nous expliquent que les discussions actuelles en ce qui concerne les aînées sont remplies de quiproquos et d’idées fausses. De plus, au fil de ces chapitres, les auteurs ont constaté que la plupart des femmes âgées de 75 ans et plus sont veuves et vivent seules. D’ailleurs, elles ne disposent pas beaucoup de moyens pour subvenir à leurs besoins, ainsi il y a un accroissement de la demande des organismes privés et publics, puisque ces personnes-là ont besoin de soins de longue durée et de services à domicile. En outre, ils ont constaté qu’il y a beaucoup plus de vieillissement dans les villes que dans les régions rurales, ils seraient même en diminution.


Finalement, ce livre nous sera d’une grande utilité, car il aborde plusieurs points importants de notre sujet : les caractéristiques sociodémographiques des ainées, l’état de santé de ceux-ci, etc. En outre, cet ouvrage nous sera d’une grande aide, lorsqu’il sera question de faire une comparaison entre la situation de vie des personnes âgées des années 90 et celle d’aujourd’hui.


MOORE , Eric G , Vieillir au Canada , Ottawa, Statistique Canada , 1997. 235 p.




L'ouvrage s'intitulant « Vieillissement et aménagement » porte sur le vieillissement de la population québécoise et l’aménagement du groupe d’âge des 65 et plus dans notre société actuelle. Ce livre porte principalement sur l’aménagement de notre société au niveau de l’installation de nouvelles infrastructures ou la modification de celles qui existent déjà pour répondre aux multiples besoins du groupe d’âge d’or québécois.

L’ouvrage de Sébastien Lord et de Denise Piché comprend trois sections représentant les trois sujets englobant la situation de l’aménagement de notre société dû au vieillissement de la population: 1. « Anticiper les incidences du vieillissement » 2. « Évaluer l’Espace public et la mobilité » 3. « Imaginer des transformations pour les milieux bâtis ».

Dans la première partie, les auteurs entament cinq points reliés aux incidences du vieillissement. Ils abordent les pour et les contres d’un programme durable pour les environnements sociaux, les stratégies liées à la transformation de nos villes. Dans la deuxième partie, on aborde les espaces de ressource pour les femmes âgées, les déplacements des personnes vieillissantes en banlieue, une comparaison des déplacements entre Montréal et Lille ainsi que l’aide à la mobilité dans les chaînes de déplacement en milieu urbain. Finalement, la troisième partie au livre tourne autour des arguments suivants : l’accessibilité urbaine en hiver et l’état des trottoirs ; la participation sociale des aînés envers les centres commerciaux ; adapter les milieux de vie existants pour une grande partie de la population qui vieillit.

Bref, d’après ma lecture, cet ouvrage nous sera plus ou moins utile pour notre travail de session compte tenu du fait que ce livre vise une problématique très précise étant les aménagements au niveau des modifications possibles des infrastructures présentes ou non au Québec, quand nous nous enlignons pour englober tous les enjeux de la société liés au vieillissement de la population dans un contexte électoral. Par contre, certaines informations de cet ouvrage nous seront possiblement utiles, car le livre a été publié en 2018. Les statistiques et tableaux présents dans l’ouvrage contiennent des données du groupe des « personnes âgées », très récentes et utiles pour justifier et présenter certaines idées.


Nous avons remarqué à travers de nombreux ouvrages recherchés qu'un aspect important est négligé: la mentalité moderne de la nouvelle vague des personnes âgées qui surgit.


LORD, Sébastien, Denise Piché, Vieillissement et aménagement : perspectives plurielles, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1974. 291p.

PROBLÉMATIQUE   


Nous avons remarqué à travers de nombreux ouvrages recherchés qu'un aspect important est négligé: la mentalité moderne de la nouvelle vague des personnes âgées qui surgit. Nous posons par conséquent la question suivante: assiste-t-on à un changement de mentalité chez les nouveaux-retraités qui sont à la retraite depuis 2008, en comparaison avec ceux qui ont accédé à la retraite avant 2000?


Nous pensons que ce changement de mentalité à différentes sources. La fin de la Deuxième Guerre mondiale, en 1945, provoque une croissance du taux de naissance, sur un plan international. La vague de nouveau-nés, au Québec, est la première classe moyenne complète à avoir accès à une éducation universitaire avancée à cause des changements de la Révolution tranquille de 1960 à 1970. L’éducation est de moins en moins contrôlée par le clergé, car l’influence de l’Église a diminué lors de cette révolution. Les « nouveaux-retraités » sont donc moins religieux, car les nombreux changements qui se sont produits dans l’après-guerre ont provoqué de nouvelles mentalités.


Nous pensons que les « nouveaux-retraités » s’éloignent des valeurs plus conservatrices et traditionnelles associées aux générations « pré-babyboom » , au contraire de ceux qui ont accédé à la retraite avant 2000.


DESCRIPTION DES CONCEPTS   

Les « nouveaux-retraités »: personne à la retraite depuis 2010, donc tout individu né après 1945.  


Valeur ; ce que l’on considère comme un idéal à atteindre, un point de vue que nous voulons défendre. Ce qui nous semble vrai, beau et bien (nation, famille, autorité, morale, etc.). Un regroupement de valeurs est souvent considéré ce qui définit une personne.


Valeurs traditionnelles et conservatrices ; la défense de valeurs traditionnelles, la hiérarchie et la discipline, défense de l'entreprise privée, en faveur d’un État peu interventionniste et qui s’oppose au progressisme (être pour le changement).


PLAN   

PLAN

1.  Portrait socio-économiques des « nouveaux-retraités »


1.1 Évolution démographique

1.2 Scolarité

1.3 Revenu (proprio, rentes)

1.4 Niveau de santé

1.5 Besoins



2. Valeurs des « nouveaux-retraités »


2.1 Conservateurs ou progressistes.

2.2 Importance de l'environnement

2.3 Rôle de la famille

2.4 Sentiment de sécurité

2.5 Immigration

2.6 Travail

2.7 Intervention de l’état

    


3. La place des convictions religieuses



3.1 Pratiques et convictions religieuses

3.2 Opinion sur l'éducation religieuse



 



Le logiciel Projet est la propriété de Gilles Laporte et du cégep du Vieux Montréal. Toute adaptation ou reproduction du matériel qui y est diffusé est interdite sans le consentement écrit des auteurs et du responsable du portail. Gilles Laporte et CVM © 2010.