Projets a236


a230  a231  a232  a233  a234  a235  a236 a237  a238  a239  A240  A241  A242  A243  A244  A245 










 
 
 
E-Stat
E-Stat

IPMSH - Projets

Les rapports moraux entre humains et animaux

Audrey-Ann St-Pierre, individu.  Chiara Volpato-Tremblay, optimonde


 116e mise à jour opérée mardi 06 décembre 2016 sur la section enquête.

DESCRIPTION

La montée en popularité du végétarisme démontre que la question du bien-être des animaux d’élevages commence à devenir une préoccupation du publique. Inévitablement celle-ci a permis de soulevé d’autres enjeux qui s’y rattachent immédiatement, concernant notamment les conditions de vie des animaux de compagnies, de laboratoire et de loisir. La proposition de l’adoption de réglementation sur les conditions de vie des animaux a été faite et, malgré que débat soit toujours d’actualité, seulement une infime partie de la population s’y engage véritablement. Ce qui nous amène à nous demander la question suivante : Le public est-il au courant que, comme le démontre plusieurs études, sans la présence de droits pour les protéger, les animaux sont maltraités ?

RECENSION DES ÉCRITS


Le livre les animaux aussi ont des droits vise à démontrer que la relation des hommes et des animaux ne cesse de changer et d’évoluer. C’est sur cette base que les auteurs s’appuient pour  affirmer qu’il n’est plus légitime d’exploiter ceux-ci car ils ne sont plus, comme au par avant,  considérés comme des outils. L’ouvrage est séparé en quatre parties : les animaux libérés, les animaux considérés et les animaux révélés. Dans les animaux libérés il est expliqué que l’humain, au cours des décennies passées s’est amélioré sur plusieurs aspects et qu’il est maintenant tant qu’il face de même avec sa relation envers les animaux. La section les animaux considérés explique qu’à la place d’observer les animaux en les comparant sans cesse aux hommes nous devrions les considérer sans les appréhender et se laisser surprendre par leur nature. La troisième partie démontre que la relation entre les hommes et les animaux a aidé à façonner l’homme tel qu’il est aujourd’hui et que le moment est venu de continuer sur cette voie et permettre à cette relation de nous pacifier et de nous aider à développer une conscience morale par la reconnaissance de leur droit. Dans l’ouvrage  des arguments moraux, philosophiques et juridiques sont utilisés pour appuyer la thèse ce qui est intéressant. Par contre, aucun tableau ni statistique n’est utilisé ce qui aurait aidé à apporter un aspect plus scientifique à l’œuvre.


CYRULNIK, Boris, Élisabeth de Fontenay, Peter Singer, Les animaux aussi ont des droits, Paris, Éditions du Seuil, 2013. 267 p.


L’ouvrage L’animal est une personne de Franz-Olivier Giesbert tente d’amener le lecteur à réfléchir sur la cruauté animale et le rapport de l’homme aux bêtes. L’idée principale de son œuvre est que les animaux ne sont pas si différents des hommes. L’œuvre est divisée en divers chapitres qui traitent du sujet sous différents points de vue. La première partie se concentre sur l’aspect de l’intelligence des animaux et fait ressortir les similarités entre celle-ci et l’intelligence de l’homme. La seconde partie s’intéresse plutôt a la différence entre les animaux de compagnie et les bêtes a mangé amène le lecteur a se questionné sur la ligne qui les différencie et la raison derrière de l’existence de cette ligne. Troisième partie suggère un questionnement par rapport a nos connaissances véritables des animaux, de leur intelligence et de leur sentiment et de leur regard a la vie et a la mort. Dans la  dernière partie, l’auteur affirme que l’homme se retrouve dans la même catégorie que les animaux c'est-à-dire dans celle des vivants et il ridiculise la logique derrière l’égocentrisme de l’être humain et souligne que l’homme fut créé pour le monde et non le contraire. L’auteur parviens a prouvé sa thèse a l’aide d’arguments pertinents qui oblige le lecteur à faire de profonde réflexion sur l’aspect éthique de nos relations avec les animaux et parviens a atténué la ligne que l’homme a posée entre l’humain et la bête.

GIESBERT, Franz-Olivier, L’animal est une personne pour nos sœurs et frères les bêtes, Saint-Amand-Montrond, Fayard, 2014. 189 p.

L’objectif du livre est de nous questionner sur les questions morales entourant l’éthique animale. Il s’adresse à ceux qui se posent si se que nous faisons aux animaux est correcte moralement. Selon l’auteur, il faut se poser des questions par rapport à nos valeurs et notre morale et qu’il s’agit ici d’une prise de conscience de la population. Le premier chapitre du livre parle de la sensibilité. L’auteur pause 4 questions qui sont : Est-ce que les animaux peuvent être sensibles, quels animaux peuvent souffrir, est-ce que la souffrance est un bon argument et s’il est assez fort et pertinent pour changer notre opinion. Dans son deuxième chapitre, il parle de comment on peut se sentir relier par rapport à certain animaux et comment se sentiment d’appartenance peut influencer notre point de vue moral sur la situation. Dans le troisième chapitre, il écrit sur les débuts des mouvements de protection des animaux, en particulier celui du welfarisme et de l’abolitionnisme. Il vient aussi faire la distinction entre ses deux mouvements. On se pause aussi la question de l’usage de la force. Dans le chapitre cinq, on parle de l’éthique animal mais de façons judiciaire. On y parle de l’approche sollicitude et l’approche féministe. Dans le chapitre six, on y parle des théories qui parle de l’éthique animale, par exemple, celle de Regan et Francione. Dans le chapitre sept, on y retrouve les questions philosophiques sur le sujet.  Dans le dernier chapitre, on parle de la morale de nos jours et comment la question peut se poser en ce moment.
J’ai apprécié le livre puisqu’il nous permet de nous posez plusieurs questions très intéressante. Par contre, l’auteur donne son opinion indirectement.

JEANGÈNE VILMER, Jean-Baptiste, L’éthique animale, Paris, Puf, « Que sais-je? », 2015. 127p

PROBLÉMATIQUE

En faisant des recherches sur le thème de l'éthique et des droits des animaux, nous avons remarqué que la plupart des écrits parlaient de l'aspect plus philosophique et historique de l'éthique animale. La majorité des ouvrages notait la nécessité de droits pour les animaux du a de nombreux cas de cruauté. Nous avons cependant noté un manque d'informations sur ce dont les gens ont conscience par rapport à la maltraitance des animaux. Nous posons donc la question suivante: le public est-il au courant que, comme le démontrent plusieurs études, que les animaux sont maltraités? Selon nous, plus un citoyen est éloigné de la réalité d'un animal ou d'un milieu moins il est au courant de la cruauté dont les animaux sont victime.





DESCRIPTION DES CONCEPTS


Dans notre problématique et notre hypothèse, lorsque nous référons au public nous voulons parler de l'ensemble des citoyens. Quand nous utilisons l'expression droits des animaux, nous parlons d'un ensemble de règles sociales qui vise à assurer la sureté et la protection des animaux. La maltraitance signifie pour nous le fait de brutaliser et de faire subir des violences. Lorsque nous parlons d'animaux nous référons aux êtres vivants doués de sensibilité et de mobilité à l'exclusion des humains alors que l'expression animal de compagnie réfère aux animaux élevés et entretenus par l'homme pour son agrément sans inclure ceux élevés pour leur viande, lait, laine, œuf ou a des fins agricoles. Pour que le public soit au courant ceux-ci doivent comprendre le contexte maltraitance, ce qui est infligé aux animaux et l'impact de cette brutalisation. 

PLAN

1. les animaux dans divers milieux.
1. 1 Les animaux de laboratoires
1.1.1 l’ampleur
1.1.2 le fonctionnement
1.1.3 la cruauté

     1. 2 Les animaux dans le milieu agricole
1.2.1 l’ampleur
1.2.2 le fonctionnement
1.2.3la cruauté

    1. 3 Les animaux dans les zoos et dans les cirques
1.3.1 l’ampleur
1.3.2 le fonctionnement
1.3.3 la cruauté

    1.4 Les animaux de compagnies
1.4.1 l’ampleur
1.4.2 le fonctionnement
1.4.3 la cruauté

    1.5  Les animaux touchés par la chasse
1.5.1 l’ampleur
1.5.2 le fonctionnement
1.5.3 la cruauté




2. L’opinion des gens face à la maltraitance des animaux.
    2. 1 leur rapport entre eux et leur animal domestique
    2. 2 leur rapport entre eux et se qu’ils mangent
    2.3 Leur rapport entre eux et les animaux qui divertissent le public
    2.4 Leur rapport entre eux et les moyens dont leurs produits de tous les jours ont été testés.
    2.5 Leur rapport face aux animaux touchés par des activités de commerce illégales comme le braconnage.

 



Le logiciel Projet est la propriété de Gilles Laporte et du cégep du Vieux Montréal. Toute adaptation ou reproduction du matériel qui y est diffusé est interdite sans le consentement écrit des auteurs et du responsable du portail. Gilles Laporte et CVM © 2010.