Projets a237


a230  a231  a232  a233  a234  a235  a236  a237 a238  a239  A240  A241  A242  A243  A244  A245 










 
 
 
E-Stat
E-Stat

IPMSH - Projets

La gestion des relations publiques lors de crises environnementales

Grandmont, Éloïse
Morin-Aubut, Philippe
Racine, Nelly
 94e mise à jour opérée mardi 06 décembre 2016 sur la section conclusion.

DESCRIPTION

Cette recherche porte sur la gestion des relations publiques lorsqu’une crise environnementale survient. Ce thème de recherche nous semble très actuel vue la présence de nombreux débats entourant la construction de pipeline au Canada, le récent débat sur le déversement des eaux usées dans le fleuve St-Laurent. Ainsi, dans les dernières années, ces crises environnementales se sont faites fréquentes et la présence des réseaux sociaux a rendu ces crises plus difficiles à gérer pour les acteurs impliqués. De plus, le changement de mentalité face à notre environnement a fait que les responsables de catastrophes écologiques ne peuvent plus s’en sortir impunément : ils doivent faire face au public comme jamais et l’importance des relations publiques tombent sous le sens. Cette recherche se concentrera donc sur l’importance des relations publiques pour la réception du public lorsqu’une crise environnementale survient. 

RECENSION DES ÉCRITS

Le livre Communication en temps de crises est destiné à la collectivité et aux acteurs communicationnels. Il a comme objectif de tirer des leçons des différentes gestions de crises vécues au Québec.
L’idée principale est la suivante : les médias ont un rôle très important à jouer pour la population en temps de crises.
Tout d’abord, on parle de la relation entre l’État et les médias. On explique que les médias doivent rester indépendants de l’État pour s’assurer de garder leur crédibilité. Ils doivent s’assurer de garder leur crédibilité pour garder la confiance de la population.
Ensuite, on développe sur les médias en temps de crises. On dit qu’ils doivent s’assurer d’une réaction rapide pour rassurer la population. Ils doivent maintenir un bon équilibre entre l’information et les témoignages.
Finalement, on explique comment réussir ses relations publiques en temps de crises. On mentionne l’importance des émotions et de l’effet de groupe ; faire sentir à la population qu’elle n’est pas seule. Aussi, le traitement médiatique doit rester ancré sur les besoins réels de la population en termes d’information.
L’ouvrage est bien dans la mesure où il se concentre principalement sur un but louable : utiliser les relations publiques pour aider la population lors d’une crise. Or, il n’est question que du Québec et des médias d’ici ; il est donc difficile de tracer de grandes lignes et de les appliquer pour les autres régions du monde.
GROLEAU, Catherine Eve et Céline Thérien, L’abrégé. Guide des notions littéraires. Procédés d’écriture. Genres et courants. Analyse littéraire, 2ième édition, Anjou, CEC, 2015, 202p.

Les métamorphoses du déchet
Le public-cible est  tout être humain sensibilisé par rapport à l’environnement dans le milieu urbain.
Conscientiser les populations urbaines sur la gestion des déchets et sur comment celle-ci a évolué avec le temps.
L’Homme contemporain conserve une quasi-indifférence face aux déchets, ces derniers qui sont pourtant un reflet concret de la société de consommation telle qu’on la connaît aujourd’hui.
La première partie parle d’œuvres artistiques créées à partir de la notion de déchets. La seconde explique les manières dont les techniques de gestion des déchets ont évolué en France. La troisième explique certaines alternatives écologiques mises en place pour remédier à la problématique des déchets.  Tout au long du livre, l’aspect d’impact du déchet est présent.
L’ouvrage démontre un point de vue intéressant sur la vision des détritus par notre société contemporaine, par contre, on y mentionne trop de détails et de statistiques qui font de la globalité de la chose un écrit quelque peut incohérent qui ne va pas assez directement au but.
Cet ouvrage est plus ou moins pertinent pour notre sujet de recherche, car chaque aspect est traité avec trop de précision.
TABEAUD, Martine et Grégory Hamez, Les métamorphoses du déchet, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, 160 p.

PROBLÉMATIQUE

Lorsqu’une crise environnementale arrive, plusieurs acteurs entrent en jeu et agissent selon une séquence à peu près immuable. Il y a d’abord  l’entreprise ou l’État chargé des opérations qui prend connaissance de la crise. Ensuite, des groupes environnementaux se plaignent des impacts de la crise sur l’environnement. Puis, les autorités compétentes s’assurent de régler la crise d’un point de vue technique et écologique. Lorsque la poussière retombe, les autorités juridiques décident de qui paiera la facture. Au bout de cette ligne, les médias transmettent la crise au public qui, par la suite, réagit. Ainsi, les actions de ces acteurs intermédiaires peuvent influencer la réception du public. Nous avons justement remarqué que les recherches sur le sujet couvraient peu les dérapages possibles en temps de crise.  

Nous posons donc la question suivante : quelle est la séquence que suivent les divers acteurs lorsqu'une crise environnementale survient ?
Le responsable est-il le seul à communiquer des informations au public ? Les groupes environnementaux influent-ils la réception du public ?
Le gouvernement ou l’entreprise en charge des opérations peut tenter de maquiller les faits pour préserver sa réputation. Des groupes environnementalistes peuvent s’emparer de la crise et attirer l’attention du public sur celle-ci. Des lobbies industriels peuvent minimiser les impacts de la crise pour sauvegarder la face de leur industrie. En somme, nous voulons voir la séquence d'événements engendrée par une crise environnementale.

Nous proposons la séquence suivante : il y a des causes, celles-ci déclenchent la crise, les premiers répondants interviennent, une réponse officielle est produite, les médias s'emparent de la crise, divers groupes d'influence commentent la crise, l'opinion publique porte un jugement sur la crise et finalement, la crise connaît un dénouement. Nous voulons voir si les crises environnementales suivent cette séquence.

DESCRIPTION DES CONCEPTS

Quand nous parlons de «crise environnementale», nous incluons toutes les crises impliquant un aspect environnemental, que ce soit au niveau des causes (crise du verglas) ou des conséquences (déversement pétrolier). Par exemple, la crise du verglas a une cause environnementale; le déversement de pétrole dans le Golfe du Mexique a des conséquences environnementales.

Quand nous parlons de «dérapages», nous pensons à des comportements allant à l'encontre d'une transmission de l'information au public. On peut prendre en exemple une compagnie pétrolière qui sous-estimerait volontairement l'ampleur des dégâts à la suite d'un déversement. 

Quand nous parlons des «médias», nous excluons les réseaux sociaux. Les médias dont il est question ici sont établis, crédibles et bénéficient d'une notoriété auprès d'une grande partie de la population. Ces médias peuvent s'exprimer sur diverses plateformes, mais respectent les critères mentionnés ci-dessus. 

Quand nous parlons de «l'intérêt du public», nous jugeons que l'intérêt du public est d'avoir accès à tous les renseignements autour d'une crise pour qu'il se fasse une idée juste et par lui-même de la crise environnementale. 

Quand il est question d'un plan de communication, nous parlons des stratégies établies par des compagnies ou des gouvernements pour contrôler la crise dans l'opinion publique.

PLAN

1. Description de la séquence
 
2. Étude de cas

2.1. Déversement des eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent à Montréal

2.1.1. Début de crise

2.2.2. Les relations publiques lors de la crise

2.2.3. Dénouement

2.2. Déversement de pétrole de la plateforme Deepwater Horizon

2.2.1. Début de crise

2.2.2. Les relations publiques lors de la crise

2.2.3. Dénouement

2.3. Écrasement de train à Lac-Mégantic

2.3.1. Début de crise

2.3.2. Les relations publiques lors de la crise

2.3.3. Dénouement

          2.4. Crise d'incendies en Indonésie
2.4.1. Début de crise

2.4.2. Les relations publiques lors de la crise

2.4.3. Dénouement           
          2.5 Exxon Valdez

2.5.1. Début de crise

2.5.2. Les relations publiques lors de la crise

2.5.3. Dénouement

2.6. Exploitation des sables bitumineux en Alberta

2.6.1. Début de crise

2.6.2. Les relations publiques lors de la crise

2.6.3. Dénouement
          
2.7 Catastrophe de Bhopal

2.7.1. Début de crise

2.7.2. Les relations publiques lors de la crise

2.7.3. Dénouement

2.8 Crise du verglas de 1998

2.8.1. Début de crise

2.8.2. Les relations publiques lors de la crise

2.8.3. Dénouement         
 



Le logiciel Projet est la propriété de Gilles Laporte et du cégep du Vieux Montréal. Toute adaptation ou reproduction du matériel qui y est diffusé est interdite sans le consentement écrit des auteurs et du responsable du portail. Gilles Laporte et CVM © 2010.